La définition du Gemmail

“Gemmail” vient de de la contraction de deux mots « gemme » pierre précieuse et « email », le liant qui sert à l’assemblage des morceaux de verres. Prononcer ce mot, c’est donner déjà la caractéristique essentielle de cet art aux ressources infinies, « Un nouveau visage de la beauté »*.

Sertis, agglomérés et superposés, les Gemmaux sont enfermés dans un cadre exactement comme au fond d’un écrin le sont les pierres précieuses. Ils accrochent la lumière et la transforment. La quantité de couches de verre détermine l’intensité de la couleur désirée, et cette superposition offre une gamme aussi étendue et aussi riche que celui de la palette du peintre.
Authentique œuvre d’art, matériau aussi fluide et changeant que la lumière dont il est composé, le gemmail a ouvert une ère nouvelle à la pensée de l’artiste**.

En fait, les Gemmaux sont bien des peintures translucides qui vivent dans la lumière.
L’artiste dessine une esquisse sur une grande plaque de verre éclairée, sur laquelle sont placées des parcelles de verre de couleur dont les tailles et la superposition permettent d’obtenir les couleurs les plus subtiles de la palette.

Lorsque le travail est terminé au gré de l’artiste, l’ensemble de la pièce est noyé dans un émail totalement incolore et passé au four où il atteint des températures qui peuvent être voisines du degré de ramollissement du verre, à moins que les facteurs d’éléments liants, prévus pour suppléer chimiquement à une certaine partie de la cuisson ne permettent, dans ces circonstances, de travailler à des températures beaucoup plus basses. Lorsque la température voulue a été atteinte très progressivement et que les différentes réactions se sont faites, le four est ramené à une température déterminée et le refroidissement de la pièce est alors réalisé par degrés et très lentement.

C’est ainsi que Picasso a saisi cet élément insaisissable : la lumière, pure et entière à sa source, modelée et réfractée à travers des milliers de gemmes constituant chacune des œuvres réalisées en Gemmail.

* Jean Cocteau
** Texte paru dans « Les Lettres Françaises », 1957


Autoportrait en Gemmail
Pablo Picasso